" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: avril 2012

Lundi Ravioli du 30 avril : Petite entreprise

Photo Claude Degoutte

Petite entreprise

En ces temps de chômage et de faillite, Antonin s'accroche dur à sa nouvelle petite entreprise. Tous les matins, avant de partir, il écoute en boucle la chanson de Bashung et il enfile son survêt et chausse ses baskets. Et puis il part, son carnet d'adresses sous le bras et son smartphone dans la poche, sans oublier les précieux sacs en plastique.
Au programme de cette matinale, 5 clients sans histoires. Pas question de se faire remarquer avec une meute hurlante et indomptable. Ca ficherait sa réputation en l'air. Jamais plus de cinq chiens à la fois. Il compulse ses notes. Ce lundi de 7h30 à 8h30, il passe chercher Elvire, Dagobert, Filou, Manou et Snob. Ces cinq là s'entendent à merveille et sont heureux de se retrouver pour le circuit d'une heure trente autour du parc.
En tête le labrador, en second la fox terrier et pour finir le menu fretin frisé et pomponné. Tout ce monde est jeune et gaillard et demande à Antonin de l'énergie et de la bonne humeur.
L'après-midi il promène deux autres clients, beaucoup plus plan plan qui aiment hésiter pour choisir l'arbre contre lequel ils lèvent la patte et qui reniflent le long des caniveaux avec la frénésie des chercheurs d'or. Pour finir, le soir tard Antonin harassé se laissera guider par Cyrhus, un dogue puissant et souvent de mauvais poil qui ne souhaite croiser personne.
Le mercredi, toute la matinée, Antonin garde Loulette, une vieille demoiselle qui a la frange sur les yeux. Il la traîne jusqu'au canal quand il fait beau et ensuite ils pique-niquent sur l'herbe. C'est une élégante qui a vécu dans la soie. Antonin lui raconte sa vie pas brillante et elle n'en revient pas. Elle se dit que finalement une vie de chienne choyée vaut largement une vie de certains travailleurs à 2 pattes.
Le bouche à oreille fonctionne à merveille. Le carnet de rendez-vous d'Antonin est plein. Il a donc fallu prendre une décision importante: remplacer les anciennes cartes de visite du temps où il était commercial chez Bouffard & Co, société égoïste qui n'a pas hésité à le traiter comme un chien, en l'envoyant à la niche sans l'ombre d'un remords, aprés trente ans de loyaux services!
Marie Bataille

Toutes les chroniques "Lundi Ravioli" sont sur 
                                                        http://checkthis.com/hjxx
Lire la suite »

Lundi Ravioli du 23 mars : le dernier haiku de Maître Yutaka

Photo Claude Degoutte


Le dernier haiku de Maître Yutaka.

Trois lignes d'encre sur une feuille de papier pour dire la beauté du monde. Le vieux Maître Yutaka a terminé son recueil de poèmes. Il peut s'assoupir dans son grand fauteuil bleu.
Il rêve que l'éditeur lui enverra un chèque conséquent. Il rêve que la poche intérieure de sa veste sera pleine de billets et qu' il fera enfin ce qu'il rêve de faire depuis plusieurs années.
Il descendra l'avenue des pommiers en fleurs et donnera au mendiant qui dort sur un tapis de bambou effiloché un billet de 2000 yens et il glissera encore 1000 yens sous le collier du vieux chien qui dort près de lui sous une ombrelle.
Il achètera ensuite une énorme glace à la fleur de lotus pour la petite Miwa qui n'a jamais vu la mer et attend sur un banc son père ivre au coin du bar.
Il ira derrière le temple d'Asakusa dans la vieille rue aux maisons basses et déjeunera d'un bol d'anguilles grillées en prenant tout son temps.
Plus tard il fera signe à un taxi et lui demandera de le conduire au parc de Shakujii. Il restera assis une petite heure sur son banc préféré et fumera la première cigarette interdite qu'il aura malicieusement volée sur le comptoir du restaurant, dans le paquet d'une jeune punkette qui avait une araignée verte tatouée dans le cou.
Il cherchera une supérette et achètera la meilleure bouteille de saké.
Il reprendra un taxi et partira voir son vieil ami Mukay qui ne sort plus depuis longtemps. Lui et le conducteur du taxi se chargeront de descendre l'ami de son huitième étage et l'aideront à s'installer sur la banquette arrière. Ils iront boire la bouteille de saké, à Nishi-Ogikubo, là où ils se sont rencontrés la première fois. Ils regarderont les milans voler au dessus des rochers qui surplombent la mer.
Quand il aura raccompagné Mukay chez lui, il se fera conduire à Ginza pour acheter une très chère et très belle paire de chaussures italiennes en pensant au beau roman suédois qui portait ce titre.
La journée bien remplie, il sera alors l'heure de rentrer.
Le vieux maître Yukata sent maintenant qu' un sommeil très profond lui cloue les paupières et il ne sait pas s'il se réveillera. Tous ces rêves resteront peut-être éternellement suspendus au dessus du fauteuil bleu où il s'est endormi, avec son âme, elle aussi envolée par dessus le brouhaha de la vie.

Marie Bataille

Lire la suite »

Lundi Ravioli du 16 avril : Ya pas photo !

Photo Claude Degoutte

Ya pas photo !

Je me présente au guichet avec tout ce qu'il faut pour refaire une carte d'identité. La nouvelle carte sécurisée et plastifiée. L'employée de l'antenne préfecture vire au rouge...
- Mais madame la photo va pas du tout! Les règles sont très strictes on vous l'a pourtant dit la dernière fois quand vous êtes venue chercher un formulaire! Attention aux photos! Pas de frange, pas de lunettes, pas de sourire et le regard droit.               

L'employée pointe hargneusement du doigt la photo. Là, à gauche,  il y a un désespérant morceau de frange rebelle. Et il ne doit absolument pas y en avoir. Ordre de la préfecture. Si les photos sont à refaire, c'est entièrement de ma faute... Les gens n'en font qu'à leur tête! Pas de frange du tout, c'est quand même simple à comprendre! Eh ben non!
Donc avant de refaire les photos je réfléchis et il me reste deux solutions: le serre tête de ma petite nièce Luna ou le gel extra-strong d'Hector pour tenir arrière-toute la frange rebelle. Et le résultat est surprenant. Il y a maintenant sur la photo un visage sans lunettes et sans frange, parfaitement lisse, le regard astigmate et un tantinet apeuré qui pourrait interpeler quelques casting-directors pour un film d'épouvante. Mais l'employée respire: "Bon cette fois , c'est correct... C'est quand même pas difficile! "
Résultat de l'acharnement préfectoral: si je cache le nom, absolument personne, ne me reconnait. Si je tombe sur un contrôle de police soupçonneux je suis faite comme un black-beur-apache-sans papier!

Marie Bataille


Lire la suite »

"Lundi de Pâques Ravioli " du 9 avril : Noms d'oiseaux

Photo Claude Degoutte


Noms d'oiseaux

Vous êtes un type bien élevé, sympathique, pondéré, vous êtes toujours chic dans votre berline noire 700 quelque chose, décontract' dans votre break de papa-poule ou douché bio dans votre trois portes écolo. Et pourtant ça vous est arrivé et ça vous arrivera encore de tomber bien bas. Très bas. De traiter de connard, d'abruti ou de fils de pute quelqu'un qui vous avait profondément énervé, au mauvais moment, un matin pluvieux ou un soir plein d'amertume, sur du macadam embouteillé. D'ailleurs l'injure est partie toute seule, vous n'avez rien pu faire... Qu'être ensuite profondément navré... Comment, mais comment avez vous pu ?...
Maintenant, ces instants de bassesse, ter-mi-nés !!! Parce que plutôt que de cracher des insultes vieilles comme l'automobile parisienne, choisissez de vrais noms d'oiseaux venus des îles lointaines. Je vous en suggère quelques uns : espèce de ... Gorfou Sauteur, Puffin Fouquet, Bubul de Bourbon, Sucrier à ventre jaune, Moqueur à gorge blanche, Pétrel, Papangue, Tuit-Tuit, Paille en queue.
Evidemment adaptez vous selon le quartier. Préférez le Puffin Fouquet et le Bubul de Bourbon pour Neuilly ou les environs, et le Paille en queue pour le Bois de Vincennes... Enfin à vous de voir. 
En ce qui me concerne, le choix est fait. Où que je sois, ça sera espèce de Sucrier à ventre jaune.

Marie Bataille 


                   Toutes les chroniques "Lundi Ravioli" sont sur 
                                                        http://checkthis.com/hjxx
Lire la suite »

"Lundi Ravioli" du 2 avril : les dossiers de l'écran

Photo Claude Degoutte

les dossiers de l'écran

Fin d'après-midi, un samedi de promos, dans un grand magasin parisien, rayon homme. Je cherche la perle rare, une chemise originale en pur coton qui ne ne se repasse pas et se plie toute seule, soldée au moins 50%, taille XL pour Jean Michel qui commence à bedonner.
Je viens de pousser le trentième cintre, allant de déceptions en déconvenues quand une quinqua avance son bras tintinabulant de bracelets. On se regarde rapido, on se sourit, on se comprend. Il y a de fortes chances que ni mon Jean Michel ni son Truc Muche n'aient une chemise neuve ce soir....Pourtant on aura fait tout ce qu'on peut. On aura poussé du cintre jusqu'à la suffocation. Mais soudain tout s'arrête pour le bras aux bracelets. Son portable sonne. Elle fouille dans son sac nerveusement et la main triomphante saisit l'outil. L'autre main libre ne pousse plus qu'un cintre sur trois:
  • Ah non, Josette, je ne rentre pas tout de suite... Certainement pas. Je suis à Haussmann, je cherche une chemise pour votre fils et vous savez comme Jean Louis est difficile à habiller. Ah non, je ne serai pas de retour à 18h, non....
  • ..........
  • Bien sûr Josette que vous pouvez regarder la télé en attendant, quelle question!
  • ............
  • Elle marche impec, Josette. Jules a regardé ce matin une émission de cuisine où on apprenait à frire des insectes tropicaux...
  • .........
  • Sur quelle chaîne c'était, je n'en sais rien.
  • .........
  • Regardez si le voyant vert est bien allumé, il a peut-être été éteint ... Vous l'allumez en enfonçant le bouton "on"
  • ............
  • Il est sur quelle chaîne votre feuilleton?
  • ...........
  • Vous avez bien appuyé, avec la télécommande, sur la 3?
  • .............
  • Et vous décrochez toujours la 110?!!.. Ah mais non, Josette, vous ne captez pas la 110, bien sûr que non ! 110 et le logo rouge c'est pour le Sidaction, c'est pas une nouvelle chaîne... Vous le voyez le logo rouge?...
  • .............
  • Bon! Ca va mieux maintenant? ... Mais non vous n'avez pas Alzheimer!... Qu'est ce que vous allez imaginer!!... Allez, bon feuilleton, à ce soir.
  • ........
  • Comment?... Ah puisque vous n'avez pas Alzheimer vous voulez faire un don au Sidaction... C'est une bonne idée, ça, Josette. Faites un don au 110.
La dame aux bracelets raccrocha soulagée.
Elle allait reprendre sa recherche effrénée au milieu des cintres quand le portable sonna une deuxième fois. Fausse manip, le haut parleur s'est enclenché...
  • Allo chouchou, c'est quoi cette histoire de chaîne 110? Maman m'a appelée complètement affolée....
  • Oh! toi et ta mère vous commencez à me....
La dame s'est éloignée....
Tant pis, son Jean-Louis n'aura pas de nouvelle chemise, un pull peut-être, des slips ou des chaussettes...
Quant à mon Jean Michel il aura finalement une chemise noire à pois verts. Il n'aime pas les pois mais franchement après ce que je venais d'entendre, il y avait des trucs beaucoup plus graves dans la vie que de porter une chemise à pois qui ne se repasse pas et qui sèche en dix minutes chrono!


et pour lire, tous les lundis, 
la rubrique sur votre smartphone :

Lire la suite »

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget