" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 3

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 3



Quand on sonna à la porte, Mamette m'envoya de nouveau au fond du carton. Guillaume Levantre arriva sur le coup de vingt deux heures avec une jeune-fille qui ne parlait pas très bien. Elle était russe. De St Pétersbourg. Ils furent accueillis plutôt sèchement:
- Vous avez vu l'heure qu'il est! Batisti ne voudra plus nous servir. Sa pizzeria ferme à onze heures.
- D'abord,bon anniversaire ma petite maman chérie... Bisous. Guillaume Levantre, dit Gui-Gui, se pencha vers la joue ronde de sa mère.
Je te présente Tatiana qui fait un master en économie politique... Tu penses bien
qu'on ne va pas fêter ton anniv' en bouffant une pizza! Je me suis dit, vu l'heure, qu'un petit repas maison serait bienvenu. Tatiana est passée chez Lenôtre et elle a pris quelques gâteries. Tout ce que tu aimes. Homard, foie gras, patisserie, champagne. Et puis caviar! Le caviar c'est un cadeau de son père. Il est dans le bussiness du caviar... Entre autre bussiness... Ca déclencha chez Gui-Gui un éclat de rire.
- C'est très gentil, Tatiana, mais il ne fallait pas. Vous ne me connaissez pas et vous me gâtez comme votre propre mère.
- Maman, ça, c'est Tatiana! Elle gâte tout le monde. Elle est très généreuse.
Guillaume la prit par les épaules et la serra tendrement contre lui.
- Bon, asseyez vous toutes les deux sur le canapé, je déballe les sacs et j'installe la table.
- Justement, viens voir le cadeau de ta soeur sur le canapé... Je crois vraiment qu'elle déraille avec tous ces voyages aux quatre coins du monde... Elle est en Inde.
Gui-Gui regarda mon carton renversé sur le canapé. d'un air curieux et amusé. Sa soeur était effectivement capable de tout et n'importe quoi. Un chapeau? Une couverture chauffante? Une encyclopédie en dix volumes? Un sex toy géant? Oh non!... Merde! Un châton! Il était superbe. Blanc et noir, la truffe et les yeux rieurs. Un amour. Gui- Gui me sortit du carton et me montra à Tatiana. Gui-Gui était un gars grand, bien bâti et brun, avec les mêmes yeux noirs et vifs que sa mère. Tatiana était une espèce de liane élégante, blonde, bottée de cuir et parfumée.
- Il est adorable, maman! C'est un super minou!
- Guillaume, s'il te plait, aterris tout de suite mon petit. Repose le dans son carton. Ta soeur me l'a envoyé par coursier. Tu réalises le choc? Remarque si tu le veux, ne te gêne pas... Il me semble que j'ai toujours été claire à ce sujet: Toi et ta soeur, vous savez que je ne veux pas d'animaux en appartement... Oui ou non?... C'est pas un signe de méchanceté, ça ?... Ou un signe de mépris, peut-être?.. Le jour de mes cinquante ans.
- C'est cinquante ou cinquante-deux? Demanda Gui-Gui en faisant un clin d'oeil à Tatiana.
- Cinquante
- deux, se reprit Mameth... Mais ce chat...c'est tout l'effet que ça te fait ? Tu ne me dis pas : quelle vache, cette Chloé, t'offrir juste le truc que tu ne veux surtout pas?... Non?... Tu trouves ça normal?...
- Tu te souviens du hamster Ernest, maman? C'était à l'époque ou papa voyageait tout le temps. Elle croyait que tu allais nous quitter toi aussi et nous planter. Alors elle m'a obligé de t'offrir ce hamster. Elle pensait que lui, tu ne l'abandonnerais pas. C'est elle qui l'avait acheté à une copine du collège. Moi j'étais le messager, Tu te souviens?
- Evidemment que je me souviens... Ah bon? Elle me croyait capable de vous planter là tous les deux comme deux merdouilles. Et je serais restée pour un hamster? Non mais franchement, ta soeur a toujours été dérangée!... Tu avais ce sentiment, toi aussi? Que vous comptiez si peu pour moi et qu'un hamster...
- Pas du tout, mais moi je n'étais pas d'une nature inquiète comme elle. Tu sais, Chloé te porte au pinacle malgré les apparences. Un jour, elle s'est paniquée à l'idée de te perdre! Je me souviens c'était à l'anniversaire de Pierre-Henri Michu !... On est rentré illico sans gouter le super gâteau au chocolat ni boire une coupe de Champoumi ! Je l'aurai pilée....
- Ah! Quand même, elle t'énerve aussi de temps en temps!
- Trrès joli petit chat!
Tatiana s'était approchée et me caressait le museau. Cette conversation commençait à la gaver. Ca faisait bien cinq minutes que personne ne l'avait regardée et ne s'était occupée d'elle.
- Bon. Passons à autre chose, coupa Guillaume. Je vais préparer la table. Ecoute maman, si vraiment ça te gonfle, tu le donnes ce chaton. Si tu veux je l'inscris illico sur le site internet Toutoutdesuite. En vingt quatre heures il est parti!
- Peut-être... On va en reparler... En fait, ce soir j'aurais volontiers mangé des huitres.
- Mamette, vous aimez huitres et en voulez? Ouiii?
Tatiana sorti de son sac un téléphone. Elle déroula quelques adresses et cliqua :
- Bonsoir monsieur! Possible avoir plateau trois douzaine huitres. Oui. Ah... addresse... moment s'il vous plait.
Mamette sidérée se ressaisit et articula :
- 2 bis rue des Remparts dans le 7ème. Quatrième étage droite. Code BD 90.
Tatiana répéta l'adresse en souriant. Elle souriait tout le temps. L'existence,
apparemment, l'avait largement comblée. Personne n'aurait compris qu'elle soit renfrognée.
- Voilà. On a huitres dans quinze minutes.
Mamette resta sur le cul puis elle alla voir Guillaume près de la table. Elle vérifia d'un regard furtif que Tatiana était occupée à jouer avec le chat et murmura à son fils.
- Tu nous l'as dégotté où cette belle slave?
- ChezJean-Denis Foucault. Le soir de la finale du Tournoi Open France Australie. Il avait organisé une petite fiesta dans l'appart de ses parents qui étaient partis aux Seychelles. Elle était là. Tu sais que je parle russe. Pas très bien mais je tiens une conversation basique. Ca m'a bien aidé.
Il étouffa un petit éclat de rire enfantin.
- Parfait. Au fond, tu es comme ta soeur. Plein d'imprévus. Mais je dois avouer que tes surprises sont davantage dans mon style. Ta soeur et ton père ce sont des moines zen... Et des enquiquineurs.
- Tu n'exagère pas un peu?
Guillaume ne voulait jamais donner tort à son père ou à sa soeur. Il savait que c'était le péché mignon de Mameth mais il ne cédait jamais. Il coupa court en annonçant.
- Mesdames, champagne!
Le bouchon péta et il remplit les trois coupes.

C'est là qu'il se passa pour moi un truc incompréhensible. J'ai cru que je mourai. Quelque chose comme un ange, un être inconnu fait de brume, de mousseline, de soie et de coton me souleva du carton et m'emporta dehors dans la nuit. On quitta la terre et on se mit à planer au dessus de la ville éclairée. Je me suis dit que je n'avais pas été gâté par l'existence. Arraché tout petit à ma mère et mort au fond d'un carton plein de paille comme un mendiant :
- Bienvenue mon petit au royaume des chats. Tu viens d'atteindre ta huitième semaine et tu es maintenant membre de notre confrérie. Tu auras plusieurs vies, petit. Deux c'est le minimum, Trois c'est pas mal, cinq c'est très très honorable. Au delà c'est de l'exceptionnel. N'arrivent à neuf vies que quelques chats de très haute lignée. Les super-chats si tu préfères. Une élite en quelque sorte. Dans quelques temps tu sauras combien il te sera confié de vies. 

Moi je suis ton mentor. Je m'appelle Ronrono Chapati. J'ai eu huit vies et j'ai refusé la neuvième. Je viens de Calcutta en Inde.
Et en effet, je n'étais plus porté par la silhouette mousseuse qui m'avait aspiré du carton mais par un chat de grande envergure presque aussi grand qu'un ocelot. Il tourna sa tête impressionante vers moi tout en continuant d'avancer. Il me souriait de façon affectueuse.
- Bienvenue mon ami dans notre confrérie, je suis vraiment heureux d'être ton passeur de vie. Je crois que nous ferons une bonne paire tous les deux, je le sens. Et je sens aussi que je te ferai passer plusieurs vies, petit, au moins cinq ou six. Je me trompe rarement.
Nous avancions dans le ciel étoilé et on aurait dit que Ronrono Chapati marchait avec précaution sur un fil invisible.
- Dors,petit, maintenant. Ta deuxième vie ne va pas tarder. On arrive. Et c'est mieux d'arriver quand on dort. Tu verras Onakè Kikoni est un être exceptionnel. Tu as beaucoup de chance qu'elle soit ta seconde vie.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget