" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 38

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 38

Semaine 38

La bombe explosa à 14h 17 à l'hôtel Majestic India Palace de Bombay,
ravageant les marbres et les marquéteries, disséquant le mobilier et soufflant les verrières du gigantesque hall. Chloé n'était plus en Inde. Elle avait quitté l'hôtel Majestic Kerala du lac Pichola la veille, pour rejoindre Athènes.
A 14h 17, Andy aurait dû se trouver dans la salle des congrès épargnée par la terrible déflagration qui avait secoué les deux premiers étages, mais il avait réussi à expédier la réunion du conseil d'administration, et aussitôt, il avait décidé de filer à l'aéroport. Il avait une envie folle de retrouver Chloé et de rester quelques jours heureux et tranquille auprès d'elle, avant le mariage. Il était passé par ses appartements pour prendre un nécessaire de voyage, toujours prêt dans un sac Vuitton, rangé sur une étagère du dressing. Il n'avait pas traîné, il se sentait léger, prêt à refaire sa vie avec unefemme plus jeune qui l'électrisait et lui avait ôté d'un coup quelques kilos et une dizaine d'années. Elle l'avait rajeuni, l'avait fait vivre autrement, manger autrement, boire autrement, il avait remis les pieds dans la salle de gym tous les matins, il s'habillait autrement, il se sentait prêt à bouffer le monde et les actionnaires se frottaient les mains. Il sortait de l'ascenseur quand un sifflement aigu lancé comme
une pluie d'aiguilles lui perça les tympans. Un souffle puissant et brûlant le foudroya en même temps et un morceau de table déchiquetée le frappa en pleine tête, lui scalpant une partie du crane. Il fut tué sur le coup.

La nouvelle tomba sur toutes les agences d'informations et les réseaux sociaux, cinq minutes plus tard. Mais c'est un coup de téléphone de leur secrétaire particulier qui informa Chloé qu'Andy était mort. Avant il avait téléphoné à la gouvernante qui
s'était précipité auprès de Chloé annonçant les larmes aux yeux une atroce nouvelle. A cette seconde, Chloé était restée pétrifiée à regarder danser la mer devant elle. A l'autre bout du monde, Jo Spencer, le secrétaire, racontait l'attentat, insistait sur le fait qu'Andy n'aurait jamais dû se trouver là, demandait à tout bout de champ si elle l'entendait et bégayait des inepties. La gouvernante était assise par terre aux pieds
de Chloé et levait vers elle des yeux inquiets tout en tenant les chevilles de sa jeune patronne comme si elle avait peur qu'elle saute ou s'envole par dessus le parapet de la terrasse. Chloé finit par dire quelque chose. Elle répéta plusieurs fois le prénom de son mari. "Andy, Andy, Andy" disait-elle d'une voix désolée. Et puis elle pensa que le
bonheur s'était toujours défait à un moment ou à un autre de sa vie, comme un lacet de chaussure qui lâche quand on se met à courir. Voilà, elle se cassait encore une fois la figure. Elle aussi était en sang même si son visage était livide. Sans le savoir, Andy la tenait par la main en sortant de cet ascenseur et elle venait de se disloquer avec lui dans le néant. Elle n'existait plus. Elle finit quand même par dire froidement à Jo :
"S'il vous plait, Jo, prévenez ma famille. Je n'en ai absolument pas la force. Je suis anéantie. Je ne sais pas quoi faire. Revenir à Bombay, rester ici, partir à Paris, je ne sais pas , Jo, je vous rappelle dans la soirée. "
La gouvernante secouait machinalement latête comme pour approuver tout ce que disait Chloé. Elle avait l'air d'un automate mais Chloé se dit que dans cette tourmente qui détruisait sa vie, Dieu merci, c'était elle qui était là et pas sa mère. Alors Chloé, enfin se laissa envahir par la déception, le chagrin, la perte, l'abandon et serra si fort la tête de sa gouvernante anglaise et la tintainsi tant de secondes que Melle Johanson manqua de s'étouffer.

Dans la soirée Melle Johanson rappela Jo. Chloé repartait pour Bombay, le plus tôt possible pour assister aux funérailles d'Andy. Chloé lut et relut le texto de sa mère qui n'avait pas appelé : " Ton chagrin est mon chagrin, ta douleur est ma douleur, tu es ma fille, je suis ta mère et je pleure quand tu pleures. Crois moi pour une fois." Elle avait parlé àGuillaume. C'est lui qui lui avait conseillé de regagner Bombay. Il allait s'y rendre aussi et la retrouverait là bas. Et puis il y avait euun coup de téléphone de son père.
La Luppa avait juste dit deux fois :
"Ma chérie" et elle l'avait entendu pleurer comme un enfant. Ce jour là, ce jour terrible, elle pensa qu'elle aimait son père bien plus que sa mère mais elle accepta l'idée qu'elle ressemblait beaucoup à Mameth. Et que ça ne servait à rien de s'en défendre. Andy était mort. Maintenant elle était seule au monde même si elle portait son enfant. Et c'est même à cause de ça qu'elle était encore plus seule au monde.



semaines précédentes :

 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget