" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 43

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 43


Semaine 43

Sébastien restait assis sur le lit, les jambes balantes. J'étais sur ses cuisses maigres et il me caressait machinalement. Il se mit enfin à parler.
- Tu sais le Chat, je ne suis pas bête comme ils le pensent.Ils m'ont frappé à cause d'une histoire avec les jumelles qui ont encore menti et dit que j'avais encore volé du Nutella. C'est elles qui mangent tout le pot quand y a personne. Mais cette fois, ils m'ont fait vraiment mal. Regarde...
Le petit souleva son tee-shirt et se contorsionna. Je vis des bleus violacés dans son dos. Ensuite il remonta sa manche droite et je vis les mêmes bleus sur son bras.
- Ma mère a eu la trouille et elle a dit à mon beau-père Jean- Jacques qu'il avait
tapé trop fort et que ça pouvait faire des histoires à l'école. Alors j'y vais plus depuis quatre jours. Mais la directrice a téléphoné. Ma mère a dit que j'avais attrapé la varicelle et que j'étais parti pour quelques jours chez ma grand-mère à Chambon. La directrice a dit qu'il fallait un certificat médical et comme je ne travaille pas très bien, elle a demandé à ma mère de passer chercher mes devoirs et d'apporter le certif. Mais ma mère a dit qu'elle ne pouvait pas passer. Qu'elle partait tôt à son travail. Alors la directrice a demandé quand elle pouvait passer. Ma mère a dit ce matin parce qu'elle partait plus tard au travail. Alors là haut, ils attendent la directrice et il faut pas qu'elle me voit et il faut pas qu'elle m'entende. Il vont mentir pour le certificat et dire que c'est ma grand-mère de Chambon qui l'a. Ils ont la trouille. Ils ont peur que la directrice se doute de quelque chose parce qu'un jour, Lili, une des soeurs jumelles a raconté que j'étais un voleur et qu'on me battait et que j'étais puni à la cave mais que ça n'y faisait rien. Elle avait demandé à ma mère et à Jean- Jacques de venir;
La directrice m'avait fait venir aussi dans le bureau. Mais ils avaient fait les innocents en disant que Lili exagérait tout. Qu'ils m'arrivait de faire des bêtises mais comme tous les enfants. Ma mère me regardait tout le temps quand elle parlait et ses yeux me disaient de me taire et surtout de ne pas dire le contraire. Jean-Jacques me tenait par l'épaule et me serrait très fort.
- Un jour, il va falloir parler et dire le mal qu'on te fait à la maison, dis-je en ronronant.
- Oui, mais il faudrait que je puisse m'échapper après, le Chat, sinon ils me tueront ou ils me feront prisonnier dans la cave pour toujours.
- Oui, confirmai-je. Sauf si on te croit et si la directrice prévient alors la police. C'est eux qui iront en prison.
- Ca c'est pas possible, le Chat. On me croira pas. Ils sont très fort. Et puis même si ma mère et Jean Jacques vont en prison, c'est les jumelles qui vont me tuer. Elles me détestent.
- On va réfléchir, Sébastien, dis je. On va sérieusement réfléchir. Mais tu as droit à une belle vie. Comme tes soeurs. Personne ne les frappe elles, hein ?
- Oui mais moi c'est pas pareil. Jean-Jacques il dit que je suis un bâtard.
J'en avais assez entendu et j'étais énervé alors je me suis mis à miauler fort comme un dingue, comme un chat qu'on écorche : "Jean- Jacques c'est un connard de mec, Sébastien!".
J'eus le sentiment que mon long et puissant miaulement passait à travers les murs et ressemblait à un râle de supplicié qui pourfendait la maison de haut en bas.


semaines précédentes :

 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41 , 42


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget