" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 44

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 44




Semaine 44

Guillaume avait tenu Mameth au courant de ce qui se passait depuis la mort d'Andy. Il avait assisté aux obsèques et avait représenté la famille. C'est ce que l'avocat de sa soeur avait conseillé de faire, d'autant que Chloé était enceinte. C'était lui, l'avocat, qui avait été le premier au courant que Chloé portait un enfant de son défunt mari.
Pendant des heures, malgré la fatigue et le chagrin de sa cliente Maitre James n'avait rien lâché pour qu'elle conserve ses avantages au sein du groupe dirigé par celui qui devait devenir son mari. Elle y était employée depuis cinq ans comme une des conseillères financières du consortium hôtelier et devait le rester. Sa situation serait difficile àdéfendre, les lois ne ménageant pas les femmes. D'un autre côté les femmes de pouvoir indiennes qui avaient fait leur preuve pouvaient parfaitement s'en sortir. Le seul hic, c'est que Chloé était une étrangère et que le mariage n'avait pas été prononcé. Devant toutes ces incertitudes et les probables difficultés, Chloé avait cru bon annoncer son état. Il fallait dès à présent protéger l'enfant à venir et faire
admettre qu'Andy était le père, ce qui ouvrirait de délicates discussions de droits de succession. Les procès seraient sans doute inévitables contre la famille d'Andy.
Mameth avait beau avoir un caractère bien trempé, toutes ces histoires l'empêchaient de bien dormir comme d'habitude. Je remarquais qu'elle ronflait bien plus souvent et dans son sommeil souvent elle m'appelait et me demandait si j'entendais ce qu'elle me disait :
- Tu m'écoutes Lucie? se mettait elle à articuler lentement comme si elle était ivre.
- Ben non maitresse j'entends rien !
Mais ma réponse n'avait pas l'air de la pertuber beaucoup. Elle continuait ses borborygmes et ses ronronades;
Un matin au petit déjeuner son portable sonna. Il sonnait beaucoup depuis la bombe. Mameth décrocha nerveuse. Elle aurait voulu boire son café tranquille.
- Allo, j'écoute !
- C'est Roger avec qui vous étiez en garde à vue.
- Ah! Bonjour, Roger. Je vous ai dit l'autre jour que j'étais très occupée à cause de tout le malheur qui est tombé sur le dos de ma fille et que je n'avais pas le temps de me préoccuper d'autre chose.
- Je sais Madame Leventre. Mais moi aussi j'ai une catastrophe qui me tombe sur le dos.
- Personne n'est à l'abri mon pauvre Roger. Personne.
- Je suis à la rue depuis trois jours.
- Ah zut !... Et alors ?
-Ben j'ai pensé que vous accepteriez peut-être que je passe chez vous, me laver et boire un bon café, histoire de me redonner un peu le moral.
- Franchement, ça va pas être possible Roger. En ce moment je ne vais pas très bien et j'attends ma soeur.
- Bon, bon, je comprends. Portez vous mieux madame Mémeth et à la prochai...
- Eh, Roger attendez voir !... Mameth avait toujours été ému par les gens qui lâchaient prise facilement. Par les perdants d'avance. Elle s'exclama.
- Je pense à truc. J'ai une chambre de bonne au 8ème. Ca me sert de débarras. On pourrait voir pour quelques nuits, ça pourrait vous dépanner, non ?
- Oh que oui, Madame Laventre !
Mameth se doucha et se pomponna en attendant Roger. Un pauvre type à qui elle avait eu tort de céder. Ca allait terriblement lui compliquer la vie d'être charitable. Trop tard, le mal était fait.
Quand Roger sonna et qu'elle ouvrit, Mameth se retrouva devant un type qui avait une sâle mine. Il tenait un petit bouquet de quatre anémones qui courbaient la tête.
- Le fleuriste m'en a fait cadeau. Ne croyez pas que je roule sur l'or et que je cherche à profiter de vous. Je voulais pas arriver les mains vides.
- Entrez et venez boire un café. Je vais mettre ces quatre malheureuses dans un petit vase.
Je suis resté sur la table et quand j'ai vu le Roger l'air bien aimable, j'ai su qu'il était là pour un bon moment.


semaines précédentes :

 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41 , 42, 43


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget