" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 46

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 46


Semaine 46

Sébastien était maintenant assis sur le lit de la cave. Il était en pyjama et en chaussons. Il était arrivé au milieu de la nuit. Je m'étais demandé qui ouvrait la porte avec tant de précaution. Aucune lumière ne passait par la fente de l'ouverture. Je vis alors l'enfant, seul, se faufiler et descendre.
- Ah, le chat, tu es là. Je voulais tellement te dire. Sans doute je ne vais plus venir dans la cave. Jamais. A cause de toi. Fallait que je te prévienne. J'ai attendu qu'ils dorment tous. Et puis même s'ils se réveillent, ils n'oseront pas me taper. Tu sais l'autre fois, quand la directrice est venue à la maison et que tu as miaulé très bizarrement. La directrice, elle a entendu. Alors quand je suis revenu à l'école, elle m'a fait venir dans son bureau. Un docteur m'a examiné. Puis après je suis resté seul avec elle. Elle m'a dit
qu'elle m'avait entendu crier dans la cave. Que je n'étais peut-être pas chez ma grand-mère comme le disait ma mère. J'ai dit que non, que c'était pas moi qui avait crié. Que c'était toi, Le Chat. Elle m'a demandé qui tu étais et comment je t'avais connu. Au début, je ne disais pas vraiment la vérité, mais elle m'a dit que je pouvais tout lui dire et qu'elle ne répèterait rien. Ni à mes parents, ni même à la maîtresse.
Alors je lui ai dit que je te rencontrais la nuit. Il a bien fallu que je dise que je descendais dormir dans la cave, quand j'étais puni. Elle m'a tiré les vers du nez et j'ai fini par lui dire que j'étais souvent puni dans la cave et que la dernière fois, Jean-Jacques s'en était mêlé et qu'il m'avait frappé parce qu'il croit que je mens tout le temps. Mme Sabler, la directrice, m'a demandé pourquoi je mentais. Que ce n'était
pas bien de mentir. Mais j'ai dit que je ne mentais pas que c'était les jumelles qui mentaient. Après elle m'a dit qu'elle allait faire sa petite enquête parce que ce n'était pas du tout normal que je passe la nuit dans la cave. Elle allait être obligée de dire mon secret à ma maman et voir avec elle comment régler ça. Les enfants doivent dormir dans une chambre et dans un lit. Des fois en temps de guerre ou de choses
terribles ça pouvait arriver qu'on se mette dans une cave pour dormir, mais pas en ce moment. Il n'y a pas la guerre et mes parents ne sont pas miséreux.
J'ai fait signe que oui de la tête. Cette dame avait tout à fait raison. L'enfant a repris son souffle et a continué.
- Après maman et Jean-Jacques ont rencontré aussi Mme Sabler et l'assistante sociale. L'assistante sociale est venue à la maison et a demandé a voir la cave. Tout était bien pareil comme je l'avais dit. Il y avait le vieux lit en fer caché sous l'escalier et la couverture qui pue dessus. Je suis parti pour de vrai chez ma grand-mère. Et peut-être que je vais y vivre jusqu'à ce que je sois grand chez Mamie Odette. A
moins que j'aille ailleurs. Enfin, je ne vais plus te voir. Je t'aime pourtant tellement Le Chat !... Est ce que tu crois que tu pourrais venir me rendre visite chez Mamie Odette ? C'est très loin. Il faut prendre l'autoroute. Mais j'ai entendu dire que des chats faisaient des kilomètres pour retrouver leur maître. Je suis un peu ton maître, hein,
Le Chat?
Pour la seconde fois je fis signe que oui de la tête.
L'enfant me serra contre lui. Il pleurait silencieusement et je sentis une larme me tomber sur les moustaches. C'est alors qu'il arriva un truc dingue. Ronrono Chapati descendit par le soupirail, s'étira et sa silhouette avantageuse se détacha dans la nuit.
- Un guépard ! S'exclama l'enfant.
- Non, dis-je, c'est Ronrono, mon maître. N'aie pas peur.
- Mon petit, dit Ronrono, en fixant l'enfant de ses yeux perçant et dorés comme de l'ambre , Le Chat, de son vrai nom Lucien, a réussi sa mission et ton voeux sera exaucé. Tu reverras Le Chat.
- Maître vous êtes trop....
Je ne finis pas ma phrase. Ronrono avait disparu.
- Le Chat, j'ai vu, un guépard qui parlait ! Il m'a dit qu'on se reverrait tous les deux! Tu l'as vu aussi ? Je te jure c'était un vrai !
Je me suis mis à ronronner et à me frotter contre la cuisse de Sébastien.
L'enfant me caressa entre les oreilles et en m'embrassant sur la tête me
murmura :
- Le Chat Lucien, tu es la meilleure chose au monde qui me soit arrivé ! Ne me quitte jamais.


semaines précédentes :

 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41 , 42, 43, 44, 45

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget