" MARIE BATAILLE auteur littérature jeunesse, livres pour enfants, presse, roman feuilleton: ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 32

ROMAN FEUILLETON / la merveilleuse histoire de Ronrono Chapati / semaine 32


Semaine 32

Le jour pointait à peine quand Yannis Pantapoulos se retrouva assis sur le rebord de son lit, hirsute, la barbe piquante, la langue épaisse. La veille au soir il avait bu plus que de raison, seul devant la télé en regardant un programme qui parlait des vignobles français et californiens. Il avait encore pensé à Mameth, à la malédiction qui lui était tombé dessus peu de temps après leur rencontre et il s'était saoulé. Dans la nuit, emporté par le sommeil, hébété par l'alcool, il avait rêvé de sa femme. Irina tenait leur enfant dans les bras et elle attendait sur le port, à l'embarcadère du ferry, des valises autour d'elle comme si elle était prête à quitter l'île. Yannis lui disait de ne pas partir et Irina lui répondait que ça ne servait plus à rien de rester. Qu'il l'avait trahie, qu'elle était morte et leur enfant aussi àcause de lui mais que ça n'avait plus d'importance. Qu'il avait payé et qu'elle pouvait disparaitre de la circulation. Yannis se passa la main dans les cheveux pendant qu'il me racontait son rêve.
- Ca veut dire quoi, Bradpitt ? Hein ? Que ça y est, je me suis pardonné mon crime. Je peux vivre en paix, c'est ça ? Et qu'est ce que ça va changer dans ma vie de vivre en paix ? Je te le demande ?...
Yannis se leva et alla faire un café. Il dévissa la petite cafetière italienne et attendit devant la plaque électrique le burbulement du liquide chaud. Il ne buvait plus de
café grec depuis belle lurette... Depuis la disparition d'Irina. Il vit sur le buffet la pièce de cinq francs trouvé dans la partie du mur écroulé au camping. Le destin lui disait donc que Mameth allait revenir. C'est peut-être pour ça qu'il avait rêvé qu'Irina pliait bagage.
Yannis se rasa, huma l'air printannier sous le figuier de la cour et sentit que l'été était à peine à quelques lieues. Il me glissa dans son blouson et quitta la cour après avoir avalé son café. On monta sur la moto et on fila au camping.
Piotr, l'homme à tout faire, dormait encore sur le lit de camp de la cuisine quand mon maître ouvrit la porte. Un léger ronflement régulier rythmait le silence. Yannis saisit la boite de nescafé qui traînait sur la table, attrapa le shaker en plastique sur
l'étagère au dessus de l'évier et se fit un café frappé. Il alluma une cigarette et déplia le journal de la veille, plié en quatre devant lui.
L'odeur de la cigarette réveillerait le yougoslave. En attendant, il feuilleta Ta Nea. Le pays allait mal mais regorgeait de stars, de people friqués, d'affairistes et d'armateurs qui ne lâcheraient pas un centime. Il éplucha les nouvelles d'un monde écartelé. Un entrefilet dans la colonne des potins mondains le fit sourire. Le richissime indien
Indhi Ramishan épousait dans quelques jours une jeune française et la cérémonie se déroulerait dans l'île de Sandros. La manifestation permettrait de découvrir le luxueux dernier hôtel de la chaîne Ramishan House and Luxe. Une petite merveille d'écologie et d'informatique designé par un artiste new-yorkais. Mais le truc qui sidérait Yannis c'est que la fille sur la photo, la future épouse de cet indien plein
aux as ressemblait comme deux gouttes d'eau à la jeune-fille rousse qui posait autrefois en maillot de bain au bout du quai de son camping.
L'homme endormi sur le lit de camp se réveilla en sursaut.
- Fallait me secouer ! dit-il en s'adressant à Yannis
- Je lisais le journal. Y a pas le feu. En ce moment y a des trucs qui me turlupinent...
- Comme quoi ? Demanda l'employé yougoslave.
- Comme si j'avais vécu longtemps entre parenthèse et que tout à coup, le temps me rattrapait et me faisait repartir à zéro.
Piotr, le regarda, incapable de lui répondre. Moi je partis vers la plage voir si Chaussette Blanche finirait par m'aimer.



 

semaines précédentes :

 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous aimerez peut être

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Messages les plus consultés

Une erreur est survenue dans ce gadget